Accueil du site || Dossiers || Viande caprine || Notre stratégie pour une filière chevreau valorisante

La crise de débouchés du printemps 2020 causée par la situation sanitaire liée au Covid-19 a révélé la grande fragilité de la filière chevreau, trop dépendante de l’export intra UE et marquée par une ultraconcentration des outils d’abattage et en moindre mesure d’engraissement.

Pour sortir la filière de cette dévalorisation, la FNEC avec tout son réseau départemental et régional met en œuvre une stratégie qui vise à redonner au chevreau sa juste valeur et préserver le revenu des éleveurs, et qui se résume en 5 points :

1. Diminuer le nombre de chevreaux entrant dans le circuit d’abattage, en ayant recours aux lactations longues par exemple

2. Pour ceux qui le peuvent, adapter les dates de mise à la reproduction pour être en capacité de maitriser la valorisation des chevreaux (en fonction de la main d’œuvre et des surfaces de bâtiments disponibles)

3. Développer l’engraissement des chevreaux à la ferme pour réduire la dépendance aux ateliers d’engraissement, de moins en moins nombreux, et pour ramener de la valorisation dans l’élevage. Nous continuons les travaux du CASDAR ValCabri pour apporter des références et conseils aux éleveurs qui engraissent à nouveau leurs chevreaux

4. Développer les débouchés alternatifs en circuits courts, en travaillant sur toutes les possibilités d’abattage en dehors des 3 abattoirs spécialisés. La question du maintien d’un maillage d’outils d’abattage de proximité est cruciale pour pouvoir développer ces alternatives

5. Diversifier l’offre et développer la découpe du chevreau pour mieux répondre aux attentes des consommateurs français, afin de développer le marché intérieur en viande fraîche, plus valorisant, et réduire la dépendance aux marchés à l’export et de congelé.

Il n’y a pas qu’une solution magique, mais un ensemble d’actions qui fera avancer la filière.

En ce sens, la loi Egalim2, même si de prime abord elle n’apparaît pas évidente à appliquer pour cette filière, doit être vue comme une opportunité de changer de paradigme et de ramener de la valorisation du chevreau à chaque échelon.

Pièces jointes